Et si vous vous donniez la permission d’accueillir vos émotions pour apprendre à mieux vous connaitre afin de tendre vers l’harmonie de l’esprit dont vous avez besoin pour évoluer de façon sereine et juste dans votre vie ?

Les fleurs de Bach peuvent peut-être vous y aider …   Et, je peux vous accompagner dans cette découverte !

1. LIEN de cause à effet entre déséquilibre émotionnel et déséquilibre corporel

       

De nos jours, de plus en plus de recherches scientifiques médicales mettent en avant de nombreux facteurs qui peuvent augmenter le risque de déclenchement de maladies physiques comme une mauvaise alimentation, la génétique, la pollution atmosphérique, la dépendance à l’alcool, aux drogues, à la cigarette,…

Il en est un qui n’est pas toujours pris en compte : le déséquilibre émotionnel. Alors que plusieurs études confirment déjà que les émotions sont étroitement liées à l’état physique. En effet, il n’est pas rare de constater qu’une personne en mal-être émotionnel a souvent un système nerveux malmené que ce soit à cause des pressions externes lui venant de son environnement ou de pressions internes qu’elle s’impose personnellement en se mettant la pression, en laissant la « petite voix », critique intérieure la diriger.
A terme, cela peut engendrer des perturbations au niveau du système immunitaire (le rendant plus fragile) et du système endocrinien. Tôt ou tard, les perturbations de ces systèmes auront un impact sur le corps au travers de multiples symptômes physiques témoignant de la santé globale devenue fragile.
« L’endroit même où le corps est touché n’est pas dû au hasard mais est parfaitement en accord avec la loi des causes et des effets » Dr. Edward Bach

2. Prendre soin de ses émotions dans une démarche préventive de bonne santé globale

Ainsi, le corps a cette capacité de nous avertir d’un déséquilibre émotionnel, mais pour pouvoir identifier les signaux que le corps peut envoyer, il faut être capable d’écouter attentivement tout ce qu’il a à nous dire…

Et, si nous allions encore plus loin dans une démarche de prévention d’une bonne santé, en prenant soin des émotions (telle que peur, joie, tristesse, colère, dégoût,…) associées à toutes nos expériences de vie, en les accueillant pleinement, sans les juger, avant qu’un déséquilibre émotionnel ne s’installe dans le corps à force de leur donner une importance disproportionnée ou de les refouler ou encore de les réprimer à l’intérieur de soi?
Il est important de comprendre que toutes expériences que nous vivons sont mémorisées d’une manière ou d’une autre. Chaque de nous a sa manière personnelle de mémoriser ses expériences : en effet, il existe différents canaux de mémorisation pour retenir et apprendre de ses expériences : visuel (images, formes, couleurs), auditif (mots, sons), kinesthésique (toucher, mouvements)… De plus, les émotions ressenties au moment d’une expérience vécue sont aussi associées à l’expérience et viennent donc renforcer la façon dont elle sera mémorisée avec une connotation plus ou moins agréable, qui pourront influencer la manière dont l’individu réagira une prochaine fois, lorsqu’il sera confronté à une nouvelle expérience qui lui rappellera une situation déjà vécue C’est comme cela, que notre vécu va participer à créer notre propre système de croyances qu’il est parfois fort difficile à modifier puisque certains de nos comportements futurs seront étroitement liés à ce système.
De surcroît, à force d’accumuler, par exemple, des émotions de colère ou de peur, elles peuvent se transformer en un sentiment profond telle que rancœur ou d’injustice, de culpabilité,… (état mental) qui peut persister, même en dehors de tout stimulus extérieur ; sachant que le sentiment sera renforcé à chaque fois qu’il est ressassé par la construction mentale qu’on en fait après l’avoir mémorisé. Par conséquent, cela signifie qu’en cas de sentiment douloureux qui se serait installé à l’intérieur de soi, suite à des émotions réprimées ou emmagasinées, il est important de pouvoir aussi les exprimer pour éviter de l’ancrer durablement sous peine de devoir démêler des nœuds émotionnels et affectifs pour pouvoir s’en libérer, tellement ils peuvent nous limiter dans notre évolution ou encore agir sur notre système immunitaire en l’affaiblissant rendant de ce fait, plus fragile notre santé physique.

Pour comprendre cette démarche de prévention, on pourrait comparer la façon dont nous vivons et la façon dont nous conduisons.
« Nous allons trop vite, en prenant trop peu en compte les signes du danger et ceux auxquels nous avons échappé. Nous présumons que nous sommes protégés du monde naturel et c’est seulement lorsque la réalité arrive en nous percutant que nous nous traînons jusqu’au garage et payons ce qui doit être réparé. Au cours du 20ème siècle, on a eu tendance à considérer les médecins comme des mécaniciens surqualifiés. Les gens entrent en boitant dans le cabinet médical, en souffrant des conséquences d’années d’abus physiques et moraux et en espérant que les médecins redressent les choses pour eux. Afin que, comme d’habitude, ils puissent retourner vivre leur vie déséquilibrée tout comme ils le faisaient auparavant. Nous cassons et le médecin nous remet en place. » Source : Cours pratique des Fleurs de Bach, Stephen Ball, Editions co-créatives  2002, p.142

Peut-être doutez-vous encore que votre état mental (et les représentations mentales qui en découlent) ait de l’influence sur votre état physique, êtes-vous curieux de faire une simple petite expérience qui ne prendra que quelques minutes… Comment ? Il vous suffit simplement de continuer à lire cet article en vous concentrant sur le texte qui suit en italique…
« Fermez les yeux, imaginez une pêche mûre à point, juteuse, coupée en deux et posée dans une assiette. Imaginez que vous preniez une moitié de cette pêche et que vous mordiez dedans. Imaginez le contact de la peau duveteuse sur votre langue, la sensation de la chair et le jus qui coule sur votre menton. »
Et alors que vous continuez à imaginer cette pêche juteuse dans votre bouche… peut-être que vous pourriez commencer à ressentir certains changements physiques ou pas…
« Concentrez-vous maintenant sur le goût doux et légèrement acide du jus de ce fruit, sentez quand vous mâchez et avalez le fruit » .
Prenez le temps de vous observer… objectivement… constatez ce qui se passe… ?
Peut-être que vous constatez une augmentation du flot de votre salive en bouche vous donnant envie d’aller acheter une pêche ou pas ? ou encore….
Qu’avez-vous appris de cette expérience ?

N’avez-vous pas envie de devenir acteur et partenaire à part entière, de votre bonne santé, en apprenant à mieux vous connaitre, en prenant soin, notamment, de vos émotions, comme il est important de prendre soin de son corps ?

Tout comme il existe plein de façons de prendre soin de son corps (alimentation saine, activités sportives, hygiène corporelle,…), faire usage des fleurs de Bach dans une approche de découverte de soi en accueillant les émotions présentes, sans les juger, sans les réprimer, sans les enfuir, peut constituer une façon de prendre soin de ses émotions et par conséquent de l’état de son mental.
« Tant que notre âme et notre personnalité sont en harmonie, tout est joie et paix, bonheur et santé ».
Dr Edward Bach

3. Objectif principal de l’usage des Fleurs de Bach

L’objectif de l’usage des Fleurs de Bach, n’est surement pas d’anesthésier les émotions, ni de déployer volonté et énergie pour les faire disparaitre mais bien de les conscientiser pour les faire évoluer à partir du moment où elles deviennent un frein au bien-être, en développant la vertu opposée. C’est donc faire évoluer une émotion d’un état de déséquilibre (frein-limitation) à un état d’équilibre (ressource-qualité) pour contribuer à une bonne santé mentale qui soutiendra nos défenses immunitaires naturelles.

Ne dit-on pas dans le langage commun : Un moral d’acier (être optimiste à toute épreuve) et une santé de fer (avoir une très bonne santé qui résiste à tout) ! »

Et Dr Bach ajoute… « Nous devons constamment réaliser la paix en nous, en imaginant notre esprit comme un lac à maintenir toujours calme, sans vagues, sans la moindre ride qui vienne troubler sa tranquillité, et développer graduellement cet état de paix jusqu’à ce qu’aucun événement de la vie, aucune circonstance, aucune autre personnalité, ne puisse agiter la surface de ce lac ou faire naître en nous un sentiment d’irritation, de découragement ou de doute… c’est en vérité une grande chose d’harmoniser notre conduite en cette vie avec les désirs de notre âme et de nous maintenir dans un état de paix tel que les épreuves et agitations du monde ne puissent plus nous ébranler. Nous y gagnons une sérénité qui dépasse l’entendement, et bien que cela puisse paraître de prime abord un rêve inaccessible, c’est en réalité, avec de la patience et la persévérance, à la portée de chacun de nous. » Source : La guérison par les Fleurs – guéris-toi toi-même, Edward Bach, Edition le Courrier du livre, impression 2017, pp.74-75.

4. Fleurs de Bach : Principes de base du système des 38 remèdes du Dr Bach

Le Dr Bach était initialement un médecin spécialisé en bactériologie. Atteint d’un cancer en 1917 et condamné à quelques mois de vie, il ne renonça pourtant pas en voulant consacrer, le temps qui lui restait à vivre, à ses recherches dans l’espoir de laisser une contribution personnelle avant sa mort. Partant de son vécu personnel qui lui permit finalement de vivre encore presque 20 ans, il s’est tourné vers une approche complémentaire à la médecine traditionnelle, pour permettre une action préventive sur l’état de santé générale.
Ses travaux de recherche élaborés de 1912 à 1935 se sont en effet, basés sur l’observation des malades et de leurs états mentaux et non sur les symptômes de la maladie parce que d’après ses convictions, les états mentaux pouvaient avoir un effet direct puissant sur la santé physique.
« Chacun de nous est prêt à reconnaître les conséquences d’un accès de colère violent, le choc d’une mauvaise nouvelle soudaine. Si des sujets aussi simples peuvent affecter à ce point notre corps, combien un conflit prolongé entre l’âme et le corps doit nous affecter de façon sérieuse et profonde » Source : La guérison par les fleurs – guéris-toi toi-même, Edward Bach, Edition le Courrier du livre, impression 2017.
Au terme de sa vie, le Dr. Edward Bach a élaboré un système composé de 38 remèdes floraux, chacun d’eux étant associé à un état d’âme, d’humeur différent. Il a classé ses remèdes en 7 groupes d’humeur : peur, manque d’intérêt pour le présent, incertitude, hypersensibilité aux influences extérieures et idées, abattement & désespoir, solitude, souci excessif pour le bien-être d’autrui.

 

 

 

Ce système reste complémentaire à la médecine traditionnelle et non une alternative. Il est dépourvu d’effets secondaires et ne présente aucun risque d’accoutumance ou de surdosage. Pour une personne malade, il peut apporter un soutien aux émotions liées à la manière dont la personne est affectée par la maladie.

Le principe de base étant de partir de l’émotion et non du « symptôme » de la maladie ou d’un problème physique, en considérant la personne, dans une approche plus globale (holistique).
Ainsi, il est important de questionner la personne non sur ce qu’elle sent (symptôme) mais sur ce qu’elle ressent (émotion) à propos de ce qu’elle éprouve.

5. Un travail d’accompagnement soutenu par des Fleurs de Bach : ce que je vous propose…

Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise émotion puisqu’au départ, c’est une réaction physiologique à un stimulus extérieur. C’est la construction mentale autour de l’émotion qui fait qu’on a tendance à lui donner une connotation positive ou négative…

5.1. Apprendre à s’écouter

Le travail d’accompagnement soutenu par des Fleurs de Bach consiste bien à permettre à la personne de prendre soin de ses émotions, en étant à leur écoute pour mieux se connaitre. Cette prise de conscience consiste à comprendre :
o Comment je me sens et je réagis et me comporte face à une situation difficile, déstabilisante…
o Que veulent dire les émotions qui surgissent, à ce moment-là ?
o En quoi cela me touche ?
o Qu’est-ce qu’elles m’apprennent sur qui je suis ?

5.2. Questionner au-delà des mots

Dans le cadre de ma pratique d’accompagnement pour favoriser la rencontre avec Soi m’Aime pour permettre de mieux se connaitre et d’aller ainsi vers un « mieux-être », il est important de pouvoir encourager la personne à aller au-delà des mots.

Ainsi, vous avez surement déjà entendu ou vous avez surement déjà dit « je suis stressé », c’est un mot « valise », une étiquette. Mais que se cache-t-il derrière ce mot ? Est-ce qu’il a la même signification, la même représentation pour chacun de nous ?? Si seulement c’était le cas… on aurait pu trouver alors un « remède » miracle qui puisse s’adapter à tout le monde !

En ce qui concerne le système élaboré par le Dr Bach, plusieurs fleurs de Bach peuvent agir sur la sensation de stress mais une fleur ne pourra contribuer à rétablir une harmonie de l’esprit que si elle agit sur l’origine du stress, qui est propre à la personne qui le vit.

A cette fin, mon rôle est de questionner la personne pour qu’elle décrive ses émotions afin de comprendre ce qui provoque par exemple, le stress chez elle afin de la guider sur la ou les fleurs dont elle aurait besoin pour soutenir son état émotionnel en déséquilibre.

Exemples de réponses : je suis stressé car « …. »

  • J’assume beaucoup de responsabilités dans mon travail et j’en ai accepté de nouvelles. Et je ne sais pas si je serai capable de les assumer et d’être à la hauteur : fleur Elm
  • Mon entreprise dans laquelle je travaille depuis plusieurs années, a annoncé qu’elle allait devoir licencier une partie du personnel. J’ai peur de faire partir de la liste des prochains licenciements : fleur Mimulus
  • Je me pose énormément de questions sur le sens à donner à ma vie et je ne sais pas quoi faire : fleur Wild Oat
  • Je m’en fais perpétuellement pour mes enfants. Même s’ils sont grands, j’ai toujours peur qu’il leur arrive malheur : Red Chestnut
  • Je travaille dans une équipe avec des collègues qui travaillent beaucoup plus lentement que moi. J’ai beaucoup de mal à déléguer des tâches car je n’aime pas attendre ou dépendre du résultat du travail des autres. Je préfère parfois faire moi-même certaines tâches car ainsi, je vais plus vite et ne perds pas de temps à explique : fleur Impatiens
  • A chaque fois, que je dois prendre la parole en public, je sens que le rythme de mon cœur s’accélère et j’ai envie de m’enfuir très loin ; d’autant qu’il est difficile de prendre la parole après autant de personnes si brillantes alors que moi, je ne suis pas aussi compétente : fleur Larch
  • A chaque fois, que je dois prendre une décision, j’ai énormément de difficultés à faire un choix. Je peux rester des heures et des heures à hésiter, sans arriver à me décider : fleur Scléranthus
  • Je pense que ma décision est la bonne mais dès que je la prends ou que je vais la prendre, je commence à douter et je demande l’avis à plusieurs personnes et finalement, je ne sais plus quoi, et il m’arrive même de prendre une décision alors différente pour me rendre compte ensuite, que ma décision initiale était la bonne. Je m’en veux mais c’est trop tard : fleur Cérato
  •  …

5.3. Un accompagnement orienté vers une meilleure connaissance de soi et l’autonomie

Tel que le Dr. Bach le préconisait, son système se veut être simple d’utilisation et doit permettre de tendre à ce que la personne devienne autonome dans la façon dont elle peut contribuer à rester en bonne santé ; sachant que plus elle apprend à se connaître en utiliser les fleurs, moins elle en aura besoin !
En effet, quand les émotions deviennent difficiles à supporter et qu’on dépasse le seuil de confort qui est propre à une personne, les Fleurs de Bach peuvent permettre de ramener les émotions à l’intérieur d’une certaine zone de confort pour pouvoir continuer à évoluer. Et donc plus, la personne utilisera ses fleurs de Bach, plus la personne augmente son seuil de confort personnel face à ses émotions. C’est donc un système qui conduit la personne vers l’autonomie, vers sa confiance pour être capable de faire les justes choix pour elle.

5.4. Un travail de collaboration menant à un choix de Fleurs de Bach adapté aux besoins

La séance de travail ayant pour but de faire un choix de fleurs de Bach qui accompagneront la personne dans son évolution ou dans une difficulté passagère à laquelle elle est confrontée, une anamnèse est menée De cette écoute attentive, mon rôle n’est pas de prescrire une sélection de fleurs, dans le sens d’imposer un choix mais d’adopter un rôle « d’enseignant », tel que le Dr Bach l’encourageait… à savoir d’expliquer en quoi chaque fleur sélectionnée pourrait contribuer à aider la personne à tendre vers un équilibre émotionnel. Sachant que ces explications sont une invitation à un travail de collaboration où la personne devient ACTEUR de ses choix sur base des prises de conscience qui en découlent. C’est donc en définitive, la personne qui validera le choix proposé et marquera ainsi son engagement vis-à-vis d’elle-même à tendre vers l’harmonie de l’esprit dont elle a besoin pour évoluer ou pour faire face à une difficulté passagère. Sur base de cette validation, la préparation de fleurs de Bach sera préparée par la personne elle-même, engagée dans son processus d’évolution et d’autonomie.

 

 

 

 

Les problèmes émotionnels peuvent s’empilent au fil du temps dans nos vies, couche par couche jusqu’à ce la première couche soit parfois complètement cachée. Il peut être inconfortable, voir même dangereux, d’essayer à tout prix d’atteindre le cœur caché des problèmes enfuis. L’approche du travail par les fleurs de Bach est douce car elle part toujours de qui est observé « ici et maintenant », en commençant donc par les couches les extérieures. Peu à peu, la personne peut avancer et aborder plus calmement certaines couches plus profondes.
Ainsi, au besoin, de nouvelles fleurs pourront être choisies un peu plus tard pour tendre chaque jour un peu plus vers la sérénité.

En résumé, trouver les fleurs justes dont on a besoin, c’est un peu comme un voyage pour mieux se connaître – à la découverte de Soi (sur base des émotions, réactions, sentiments vécus) face à des situations, des évènements particuliers qui sont perçus comme difficiles, déstabilisants. C’est apprendre à se connaitre pour révéler ses faiblesses pour les travailler et développer les qualités sous-jacentes.